Meurtres, cadavres et activités paranormales : Bienvenue à l’hôtel Cecil

Le Cecil Hotel

Dans le centre-ville de Los Angeles, caché dans les rues animées, vous trouverez l’hôtel Cecil. Un lieu où des incidents inexplicables et terribles ont eu lieu depuis son ouverture en 1927. Dans une tentative de relooker l’hôtel, le Cecil Hotel a été rebaptisé Stay on Main en 2011, mais l’endroit est toujours connu pour ses événements macabres.

Hôtel chic

L’hôtel Cecil a été construit en 1924 par l’hôtelier William Banks Tanner. Il a été conçu comme un hôtel chic pour les hommes d’affaires internationaux et les mondains. Cependant, l’hôtel s’est construit une réputation non pas pour ses 700 chambres de style Beaux-Arts, mais pour plusieurs événements terrifiants. Au moins 16 meurtres et suicides différents ont eu lieu dans l’hôtel. Les meurtriers les plus célèbres d’Amérique ont également séjourné à l’hôtel Cecil.

Premier revers

Le premier revers pour Hanner est survenu deux ans après l’ouverture de l’hôtel en 1927. L’hôtel et son quartier n’ont pas résisté à la crise des années 1930, également connue sous le nom de Grande Dépression. Le quartier de l’hôtel était surnommé Skid Row et abritait des milliers de sans-abri, de drogués et d’alcooliques. Des drogués et des criminels ont trouvé l’hôtel et, à partir de là, l’hôtel a bâti sa réputation d’hôtel hanté.

Les six premiers suicides

Dans les années 1930, pas moins de six suicides ont été commis à l’hôtel Cecil. Plusieurs personnes ont avalé du poison, une autre s’est tiré une balle, une autre encore s’est tranché la gorge avec un rasoir et une autre s’est suicidée en sautant du toit de l’hôtel.

Bébé de la fenêtre de l’hôtel

Le premier meurtre aurait eu lieu en septembre 1944. Dorothy Jean Purcell, 19 ans, a séjourné à l’hôtel avec Levine, 38 ans. Dorothy souffrait de douleurs abdominales et s’est retirée aux toilettes. Là, elle a donné naissance à un fils, sans savoir qu’elle était enceinte. L’adolescente a cru que son nouveau-né était mort et elle a jeté son bébé vivant par la fenêtre. Il s’est retrouvé sur le toit du bâtiment adjacent. Elle a été poursuivie, mais n’a pas été reconnue coupable de meurtre. Cependant, Purcell a été admis à l’hôpital pour un traitement psychologique.

Chute deux en un

En 1962, le peu méfiant George Gianni a été tué alors qu’il passait devant l’hôtel et qu’une femme lui est tombée dessus. Pauline Otton, 27 ans, avait sauté par la fenêtre du neuvième étage après avoir eu des mots avec son mari Dewey, dont elle était séparée. Non seulement Pauline est morte de sa chute, mais elle a également entraîné la mort de George. Au début, la police a pensé qu’ils s’étaient suicidés ensemble, mais après enquête, il s’est avéré que Pauline était tombée sur George.

Après cet incident fatal, l’hôtel Cecil a été classé comme l’hôtel le plus hanté de Los Angeles. Bien que ce ne soit que le début.

Le tueur en série Ramirez

À l’époque de ses horribles meurtres dans les années 1980, le tueur en série Richard Ramirez séjournait à l’hôtel. Il était connu sous le nom de “Night Stalker” et a pris la vie de 13 personnes. Après un meurtre, il a jeté ses vêtements ensanglantés dans les poubelles de l’hôtel Cecil. Il a ensuite traversé le hall pour se rendre dans sa chambre dans son costume d’anniversaire.

Tueur en série Unterwellter

Ce n’est pas la seule fois qu’un criminel a séjourné dans l’hôtel. En 1991, l’Autrichien Jack Unterweger a trouvé son domicile dans l’hôtel américain. Le tueur en série a tué des prostituées en les étranglant avec leur propre soutien-gorge. On dit qu’Unterweger a choisi l’hôtel parce qu’il savait que Ramirez y avait également séjourné pendant sa période meurtrière.

Non résolus

Plusieurs meurtres ont eu lieu dans et autour de l’hôtel, dont certains restent non résolus à ce jour. Un exemple est le meurtre de Goldie Osgood. Elle a été retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. La femme avait été violée, puis poignardée et battue à mort.

Le cas de Goldie n’est pas le seul décès non résolu à l’hôtel Cecil. Sur la page suivante, vous pouvez lire des cas encore plus étranges, comme celui de Black Dahlia – un cas sur lequel plusieurs films sont basés – et celui d’Elisa Lam.

Page 2/3